Don’t Leave Canadians in the Dark about Major Changes to TV Signals

(francais en bas)

GATINEAU. A group of media watchers and researchers sent a letter to Prime Minister Stephen Harper today calling for a public education campaign on the transition to digital television. On August 31, 2011—just under a year from now—broadcasters will start shutting down their analog TV transmitters, which may come as a rude shock to as many as 3 million Canadians who rely on them for TV service.

After the transition:

· Canadians in approximately 47 cities (those with populations over 300,000 and some smaller centres) where broadcasters are installing new transmitters will need a digital TV or a digital-to-analog converter to continue watching TV for free over the air.

· Over-the-air viewers outside the centres slated for digital upgrades will need to find other options to continue watching television after analog transmitters are shut down. The number of transmitters operating in Canada is slated to drop from nearly 1,000 to about 150.

“The transition to digital TV poses a threat to rural and low-income Canadians” says Catherine Edwards of the Canadian Association for Community Television Users and Stations (CACTUS). “Digital broadcasting has huge potential, but communities have to know the changes are coming and the clock is ticking.”

“The transition requires a sophisticated public awareness campaign,” says Michael Janigan, Executive Director and General Counsel of the Public Interest Advocacy Centre. “One day soon, Canadians are going to turn on their TV sets to watch the news or their favourite show, and all they’ll see is static. People need to understand what is happening to TV broadcasting where they live and they’ll need clear information, repeated over and over again.”

“The government has to take leadership,” says Karen Wirsig of the Canadian Media Guild. “President Obama delayed the transition in the US last year because so many Americans were unaware it was coming, even after industry and government spent billions on a major campaign there.”

“Going digital should represent an opportunity for smaller communities, not a step backwards,” adds Edwards. “What no one’s telling Canadians is that for a fraction of the price of cable or satellite, communities can maintain their own transmitters and multiplex new services: a local community channel, free wireless Internet, local emergency, weather, or news updates. Communities with as few as 300 households are doing it. But it needs planning. Municipalities have to get this information in time.”

To read the open letter, go to http://www.cactusmedia.ca/files/cactus/DTV%20transition%20-%20education%20campaign%20letter.pdf .

To find out which communities have free TV now and which are slated for free digital TV after the transition, visit http://www.cmg.ca/freetvmainEN.shtml .

To find out what your community can do to maintain your access to free over-the-air TV after the digital transition if it is not on the upgrade list, visit http://www.cactusmedia.ca/node/438 .

Contacts:

Catherine Edwards, CACTUS, Tel: (819) 772-2862, email: cedwards@timescape.ca

Karen Wirsig, Canadian Media Guild, Tel: 1-800-465-4149, ext. 243 or 416-578-1651 (cell), email: karen@cmg.ca

Les Canadiens doivent absolument être avisés des changements majeurs qui seront apportés aux signaux de télévision

GATINEAU, QC, le 10 sept. /CNW/ - Un groupe de surveillance et de recherche sur les médias a envoyé aujourd'hui au premier ministre Stephen Harper une lettre l'exhortant à lancer une campagne publique de sensibilisation sur la transition vers la télévision numérique. Le 31 août 2011, dans un peu moins d'un an seulement, les télédiffuseurs commenceront à fermer leurs émetteurs hertziens, ce qui pourrait causer un véritable choc à près de trois millions de Canadiens qui comptent sur eux pour service de télévision.

Voici un aperçu de la situation après la transition :

Les Canadiens d'environ 47 villes (celles de plus de 300 000 habitants, et quelques villes moins importantes) où les diffuseurs installeront de nouveaux émetteurs auront besoin d'une télévision numérique ou d'un convertisseur numérique-analogique pour continuer de regarder gratuitement la télévision diffusée par voie hertzienne.
Les utilisateurs de la télévision diffusée par voie hertzienne à l'extérieur des centres où une mise à niveau numérique est prévue devront trouver d'autres options pour continuer de regarder la télévision après la fermeture des émetteurs analogiques. On prévoit que le nombre d'émetteurs en activité au Canada chutera, passant de près de 1 000 émetteurs à environ 150.
« La transition vers la télévision numérique fait planer une menace sur les Canadiens à faible revenu ou vivant en milieu rural », affirme Catherine Edwards, de la Canadian Association for Community Television Users and Stations (CACTUS). « La télédiffusion numérique a un énorme potentiel, mais les collectivités doivent savoir que des changements vont se produire et que le temps presse. »

« Cette transition nécessite une campagne de sensibilisation habile », déclare de son côté Michael Janigan, directeur exécutif et chef du contentieux au Centre pour la défense de l'intérêt public. « Un jour, dans un avenir proche, des Canadiens vont ouvrir leur téléviseur pour regarder le bulletin de nouvelles ou leur émission favorite et ne verront rien d'autre que des parasites. Il faut que les gens comprennent ce qui arrive à la télédiffusion dans leur région; pour cela, il leur faut une information claire, diffusée à répétition. »

« Le gouvernement doit prendre l'initiative », soutient Karen Wirsig, de la Guilde canadienne des médias. « Aux États-Unis, le président Obama a retardé la transition l'an dernier, car de trop nombreux Américains ne savaient pas qu'elle allait se produire, même après la vaste campagne orchestrée par l'industrie et le gouvernement, laquelle a coûté plusieurs milliards de dollars. »

« Le passage au numérique devrait ouvrir des perspectives aux petites collectivités au lieu de représenter un recul », ajoute Catherine Edwards. « Ce que personne ne dit aux Canadiens, c'est que pour une fraction du coût de la diffusion par câble ou par satellite, les collectivités peuvent conserver leur propre émetteur et installer de nouveaux services au moyen du multiplexage: une chaîne communautaire locale, le service Internet sans fil gratuit, les services locaux d'urgence, la météo ou les dernières nouvelles. C'est ce que font des collectivités d'à peine 300 foyers. Mais il faut planifier tout cela. Il faut que les municipalités reçoivent cette information à temps. »

Pour lire la lettre ouverte, consultez la page : http://www.cactusmedia.ca/files/cactus/DTV%20transition%20-%20education%20campaign%20letter%20FR.pdf.

Pour savoir quelles collectivités ont actuellement accès à la télévision gratuite et y auront accès après la transition vers le numérique, consultez la page http://www.cmg.ca/freetvmainFR.shtml.

Pour savoir ce que votre collectivité peut faire, si elle ne figure pas sur la liste de mise à niveau, pour maintenir votre accès à la télévision gratuite après la transition vers le numérique, consultez l'adresse : http://www.cactusmedia.ca/node/438

Renseignements:
Catherine Edwards, CACTUS, 819-772-2862 ou cedwards@timescape.ca

Karen Wirsig, Guilde canadienne des médias, Tél: 1-800-465-4169, poste 243 ou 416-578-1651 (cellulaire), adresse électronique karen@cmg.ca